Les News de l’abbatiale…

Le temps passe et offre aux générations à venir le droit de continuer à être pour transformer leurs histoires en histoire, en patrimoine à transmettre.
À chaque instant, seconde après seconde, l’histoire se fait et nous en sommes tous les observateurs et les acteurs.
Une fois n’est pas coutume, votre humble site continue son irrémédiable activité. Il contribue à sa manière au mouvement perpétuel de la transmission de notre patrimoine.
Certains instants vont marquer l’histoire. Mettons les en valeur dés aujourd’hui.
Bonne lecture !




• Neuwiller s'exporte

"Office de tourisme de Saverne. Oeuvre d'art du patrimoine régional.
Claude Ernenwein, potier, céramiste".

Capture d’écran 2018-07-29 à 11.19.57



• Henri EBEL (1849-1931) et l'abbatiale de Neuwiller


Les travaux sur l'abbatiale (2014-2017) ont, en grande partie, consisté à restaurer les peintures intérieures, pratiquement rien n'ayant été entrepris depuis une campagne de restauration menée au début du XXe siècle dont l'artisan principal était Henri EBEL.

Né en Allemagne où il avait suivi une formation artistique, en particulier à l'Ecole des Arts Décoratifs de Munich, il s'était installé à Fegersheim où son frère, peintre d'église, venait de décéder. Il prit donc sa succession. Il était connu sous les appellations de "maître de Fegersheim", "père Ebel" ou " de katholisch Mooler", ce qui était d'autant plus étonnant qu'il était protestant, et que, de ce fait, il dut être enterré à Cronenbourg, la sépulture dans le cimetière catholique de Fegersheim lui ayant été refusée, une rue du village porte toutefois son nom.
Henri Ebel famille
Henri EBEL, portrait de la famille de l'artiste

Son nom apparaît dans d'innombrables chantiers de restauration d'églises du nord au sud de l'Alsace et sa notoriété est indiscutable. Les travaux réalisés par Henri Ebel à Neuwiller portent essentiellement sur, a. une peinture, b. un ensemble de peintures monumentales c. le saint sépulcre, d. une fresque

a. au fond du choeur, visible depuis la nef centrale. Huile sur toile, 1905. En place jusque dans les années 1970. Abraham tenant un agneau, le Christ pantocrator, trônant dans une gloire tenue par deux anges, et Melchisédech portant un calice. Inscription : alpha et oméga de part et d'autre du Christ Juge, sur le livre qu'il tient : EGO SUM / VIA VERITAS ET / VITA (Je suis la voie, la vérité et la vie, Jean14,6)
Ebel Choeur 1Ebel Choeur 2

b. murs, plafonds et motifs au pochoir,
Restauration 2013-2017 : à l'identique pour ces derniers

ebel 3

c. déplacé depuis l'église Saint-Adelphe à l'abbatiale, le saint sépulcre a trouvé sa place dans le transept nord. Il a malheureusement fallu en prélever la colonne de droite. Vestiges de polychromie ancienne et polychromie refaite. En 1906 le peintre Ebel peignit les statues et ajouta le fond peint au pochoir.
Ebel 4

Ebel 5
Statue du début du 14e siècle placée dans une niche du saint
sépulcre de 1478. Polychromie de 1906, par Henri Ebel,

d. un ange tenant un lys, près des fonts baptismaux. Le mauvais état ne permet pas de dire si cette peinture ornée d'un phylactère avec une citation biblique (Marc, 16,16) reprend des motifs plus anciens.

Ebel 6

Sources :

François LOTZ, Artistes peintres alsaciens, 1987
François-Joseph FUCHS, in Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne (NDBA)
Région Alsace, service de l'inventaire du patrimoine culturel
Ernest MULLER, Journée découverte des fresques d'église http://
www.patrimoine-neuwiller.fr , 2017
Anne-Marie VANNIER, Le saint sépulcre de Neuwiller, édition PATRIMOINE, 2017
Jean-Paul LINGELSER, L'église Saint-Maurice de Fegersheim, 2017
Dictionnaire culturel de Strasbourg (1880-1930), 2017

Photos : collection PATRIMOINE


• juillet 2017 : l'abbatiale retrouvée
Samedi 1er juillet, l'association Patrimoine a, de plusieurs façons, fait redécouvrir les richesses et les beautés de l'abbatiale.

Le texte qui suit est le début de la communication d'Anne-Marie Vannier, le 1 juillet 2017. Le texte complet, illustré d'une douzaine de photos est en vente à la salle du Chapitre :

"LE SAINT SÉPULCRE DE NEUWILLER LÈS SAVERNE 
Je remercie Pierre Boulay de son invitation et suis heureuse que nous soyons réunis cet après-midi, dans l’abbatiale saints Pierre et Paul de Neuwiller, en une première, en quelque sorte, après la restauration du Saint-sépulcre, qui est l’un des plus originaux d’Alsace, dans la mesure où il est polychrome. Avec celui d’Obernai, il est le seul à l’être ou à l’être resté, et de plus à avoir été restauré, comme nous l’expliquera M. Daniel Burrus précisant quels ont été les travaux réalisés par l’Atelier de conservation Eschlimann. 
Ce saint sépulcre donne une vision grandiose de la Résurrection, à partir d’un remarquable travail de virtuose. 
D’après la date, qui est inscrite sur la dalle, sur laquelle repose le Christ, celle de 1478, 
ce saint sépulcre serait l’un des plus tardifs, alors que le premier saint sépulcre serait, soit celui de la chapelle sainte Catherine de la cathédrale de Strasbourg qui remonte aux années 1340, plus d’un siècle avant, soit celui de la cathédrale de Fribourg en Brisgau, qui a été commencé en 1330. Mais, comme vous le savez, le saint sépulcre de Neuwiller ne se situait pas initialement dans cette abbatiale. Il avait été réalisé pour la collégiale saint Adelphe, construite pour accueillir les reliques de S. Adelphe, dixième évêque de Metz, un peu comme la chapelle saint Catherine de Strasbourg avait été érigée pour servir de tombeau à l’évêque Berthold de Buchegg. 
Ce saint sépulcre reprend des éléments de celui de l’abbatiale de Gegenbach, qui est perdu aujourd’hui, et il a sa réplique dans l’église de Breisach1 et peut-être dans d’autres qu’on ne connaît pas. Il a donc fait école. 
Nous allons essayer de mieux le comprendre."


Capture d’écran 2017-07-06 à 16.16.49 Capture d’écran 2017-07-14 à 09.03.04


• avril 2017
Le décor peint au-dessus de la cuve baptismale était le dernier élément sous échafaudage. Celui-ci a été retiré voici deux semaines et, en raison d'une légère rénovation, cette fresque est plus visible et lisible qu'avant.

Capture d’écran 2017-04-10 à 08.24.08 Capture d’écran 2017-04-10 à 08.24.23 Capture d’écran 2017-04-11 à 09.26.43

• novembre 2016
Les peintures restaurées et un éclairage à la fois élégant, discret et efficace, mettant bien en valeur la beauté de l’architecture, donnent fière allure à l’abbatiale, désormais accessible. 

Capture d’écran 2016-11-06 à 09.27.39 Capture d’écran 2016-11-06 à 09.27.00 Capture d’écran 2016-11-06 à 09.27.22

• juillet 2016
Parlons de l’abbatiale, LE symbole neuwillerois…

Capture d’écran 2016-07-16 à 10.55.35