Le Zehntor


Trois grandes portes s’ouvraient jadis dans le double mur d’enceinte de la ville, flanqué de dix tours et ceinturant des fossés secs d’environ 40 pieds de large (11,50 m).
La porte appelée Zehntor donnait sur le faubourg dit Zehngass, en direction de Saverne. Son nom rappelait la dîme exigée par le Chapitre. Après la Guerre des Paysans, cette porte fut la seule à être ouverte en période de vendanges pour le paiement en nature de cet impôt, alors qu’auparavant, il se percevait au pied même des vignes.
Après la Révolution, murs et fossés extérieurs devinrent propriété de l’Etat et furent mis en vente le 15 juin 1807. Cette adjudication généralisée causa quelques désagréments aux riverains qui avaient obtenu du temps du Landgrave de Hesse-Darmstadt la permission de bâtir leurs maisons en utilisant le mur intérieur de l’enceinte comme pignon et l’autorisation d’y faire entrer des poutres. Ainsi, le cultivateur Michel Aron demandera-t-il au Préfet en 1810, que le général Dorsner soit tenu de refaire son pignon et celui d’autres propriétaires « 
lesquels pignons étaient formés par le mur de la ville que M. le général Dorsner avait abattu en partie, en sorte que les maisons se trouvaient toutes ouvertes du côté de la campagne. »
Le 28 décembre 1808, Clarke s’adjugea la porte dite Zehntor pour 550 F. Il obtint même un arrêté du Préfet pour sa démolition, opération qui ne fut pas menée à bien sans doute parce que le général, devenu ministre de la Guerre, n’avait plus le temps de s’occuper de « 
sa campagne » de Neuwiller.
Après le décès du duc de Feltre, Lazare Wolff acquit ses biens alsaciens, dont « 
la maison et porte dite Zehntor, d’un côté Abraham Joseph, de l’autre Georges Barlement, devant le communal, derrière autrefois Clarke ». Le Zehntor resta dans la famille Wolff jusqu’au décès de Lazare. En 1838, ses héritiers le vendirent à leur coreligionnaire Samuel Joseph pour 300  F.
Le 9 octobre 1841, sur proposition de l’architecte de l’arrondissement de Saverne, le conseil municipal accepta la démolition de cette porte basse et étroite, devenue un véritable goulot d’étranglement qui gênait le trafic en constante augmentation, mais aussi pour permettre la construction du nouveau corps de garde avoisinant. L’opération eut lieu en juin 1843 et dans une lettre du mois d’octobre de la même année, le maire Reissenbach se félicita que ce démantèlement était un « 
immense bienfait qui assainit et embellit le village entier ».
Autre époque, autres soucis, autres priorités…

Zehntor 1833
Le Zehntor en 1833, d’après Lestache (?), collection musée Rohan, Saverne

En 1786, un bébé fut abandonné dans un corbillon près du Zehntor. Non sans malice, le vicaire François Guillaume Kroug baptisa l’enfant du nom de Marie Elisabeth Dupannier.